Société Générale croit en la stabilisation de Cabo Delgado

La banque d’investissement Société Générale a exprimé sa confiance dans la stabilisation de la situation sécuritaire à Cabo Delgado, au nord du Mozambique, où la banque fait partie de ceux qui soutiennent la plus grande entreprise privée d’Afrique, dans le secteur du gaz.

“D'après ce que je sais du Mozambique, sur une longue période, je suis convaincu que la situation se stabilisera. Les autorités et les opérateurs [du projet] font tout ce qui est nécessaire à cet égard”, a déclaré Katan Hirachand, directeur du secteur de l'énergie à la banque Société Générale. Katan Hirachand s'exprimait hier lors du sommet virtuel du gaz naturel au Mozambique.

L'insurrection dans le nord du Mozambique est l'une des questions « prioritaires » pour toutes les personnes impliquées dans des projets de gaz naturel dans le pays, a déclaré Hirachand. “ C’est l'un des principaux points à l'ordre du jour : tout le monde veut un environnement sûr pour le projet”, a-t-il déclaré.

La banque conseille le plus grand projet en cours, mené par Total dans la zone 1 de Rovuma (la production devrait démarrer en 2024), et Hirachand répondait à une question sur le risque posé par les attaques “terroristes” dans la zone entourant le projet.

Société Générale est également l'une des banques participant aux accords de financement de 15 milliards de dollars (13,5 milliards d'euros) conclus en juillet pour la construction du complexe industriel et des infrastructures associées à Afungi.

Ronan Bescond, directeur général de Total au Mozambique, un autre orateur à l'événement, a déclaré qu‘ “un environnement sûr et un réseau routier robuste sont des conditions préalables au projet [Zone 1] pour tenir sa promesse de catalyser la croissance et le développement du quartier de Palma et du pays ”.

Le 24 août, Total a annoncé la révision du protocole d'accord avec le gouvernement mozambicain pour l'opérationnalisation d'une force conjointe de protection du projet.

Dans des éclaircissements à Lusa, la major pétrolière française a déclaré que «la révision du safety memorandum reflète l'augmentation des activités pendant la phase de construction et la mobilisation d'une main-d'œuvre plus importante”.

Mozambique a approuvé trois projets d'exploitation du gaz naturel au large de Cabo Delgado, au nord du pays.

Les deux plus grands projets qui achemineront le gaz du fond marin vers la terre, l'exportant sous forme liquide. L'un est dirigé par Total (Area 1 consortium) et va de l'avant pour démarrer en 2024 ; l'autre est un projet Exxon Mobil et Eni (Area 4 consortium) qui n'est pas encore achevé.

Un troisième projet, plus petit, appartient également au consortium Area 4 et consiste en une plate-forme flottante qui extraira et traitera le gaz pour l'exportation directement en mer, avec un démarrage prévu pour 2022.

La plate-forme flottante devrait produire 3,4 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié par an (mtpy), tandis que la production de la zone 1 est estimée à environ 13,12 mtpy et le projet terrestre de la zone 4, 15 mtpy.

Actuellement, le projet Area 1 est le plus gros investissement privé en cours en Afrique, évalué entre 20 et 25 milliards d'euros, et le projet Exxon Mobil et Eni en cours est d'une taille similaire.

Pendant ce temps, Mozambique est confronté à une crise humanitaire dans la province de Cabo Delgado, où une insurrection armée de trois ans a déjà fait entre 1 000 et 2 000 morts et déplacé 435 000 personnes.

 

Source: https://clubofmozambique.com/news/societe-generale-believes-in-the-stabilisation-of-cabo-delgado-175673/

Articles sur le même thème

Aucune actualité disponible.

Evénements sur le même thème

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Fermer

Campagne d'adhésion 2020-2021