Communication - Presse

Mozambique : l'APIBA appelle le gouvernement à assouplir les mesures

L'Association Mozambicaine des Petits Importateurs de Boissons Alcoolisées (APIBA) a appelé le gouvernement à prolonger les heures de négoce pour la vente de boissons alcoolisées, qui, en vertu du décret présidentiel actuel, ne peuvent être échangées qu'entre 9 heures et 13 heures entre le lundi et le samedi, et pas du tout le dimanche.

Lors d'une conférence de presse lundi à Maputo, le président de l'APIBA, Francisco Junior, a déclaré que les quatre heures actuelles de négoce pour les magasins de bouteilles, ainsi que pour les sections de supermarchés et autres magasins qui vendent des boissons alcoolisées, avaient un impact négatif sur les entreprises. Il a affirmé que très peu de consommateurs, voire aucun, achètent des boissons pendant les heures autorisées. (Les propres observations d'AIM suggèrent que ce n'est tout simplement pas vrai).

Depuis que la pandémie de Covid-19 a atteint le Mozambique en mars 2020, le gouvernement a limité la vente d'alcool. Les bars, boîtes de nuit et stands ou kiosques vendant des boissons alcoolisées ont été condamnés à fermer. La principale justification de cela était d'empêcher le rassemblement de foules de gens, offrant un environnement dans lequel Covid-19 peut facilement se propager. Les magasins de bouteilles et les magasins sont autorisés à vendre de l'alcool, mais avec une limitation stricte du moment.

« Les derniers décrets présidentiels ont sévèrement pénalisé les entreprises vendant des boissons alcoolisées », a déclaré Junior, affirmant que cela affectait plus de 23 000 emplois à travers le pays.

Junior a ajouté que les pertes dans la chaîne de valeur, du petit exploitant qui fournit les matières premières, à l'industrie brassicole, aux détaillants, peuvent aller de 30 à 50 pour cent.

Avant la pandémie, la production annuelle de bière au Mozambique était de trois millions d’hectolitres, mais après l’adoption de mesures restrictives dans la chaîne commerciale, la production est tombée à deux millions d’hectolitres.

« Le montant des pertes dépend du sous-secteur. Par exemple, le sous-secteur des ventes de vin a enregistré des pertes d'environ 30 pour cent, tandis que le sous-secteur des boissons spiritueuses a enregistré des pertes de 50 pour cent », a déclaré Junior.

Il a fait valoir que des endroits tels que les magasins de bouteilles, les supermarchés, les magasins et les entrepôts ne sont pas destinés à la consommation de boissons alcoolisées, c'est pourquoi ils ne présentent aucun risque de rassemblement de foules de buveurs et de propagation de la maladie.

Junior a également mis en garde contre l’impact budgétaire causé par les mesures restrictives, le secteur des boissons étant l’un des principaux contributeurs aux recettes fiscales du pays.

La source: https://clubofmozambique.com/news/mozambique-apiba-calls-on-government-to-ease-measures-191736/

Articles sur le même thème

Aucune actualité disponible.

Evénements sur le même thème

Aucun événement ne correspond à votre recherche

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin
Fermer

Campagne d'adhésion 2020-2021