Les exportations de gaz naturel feront croître l'économie du Mozambique à des taux plus élevés

L'économie du Mozambique devrait évoluer à des taux de plus en plus positifs, qui varieront de 4,2% en 2020 à 9,9% en 2024, une année au cours de laquelle le pays pourrait déjà exporter du gaz naturel liquéfié, selon le dernier rapport d'Economist Intelligence Unit (EIU) sur le pays.

En 2019, l'économie aura connu une croissance de 1,9%, en raison des effets combinés des deux cyclones qui ont frappé le pays, Idai Kenneth, selon l'estimation de l'EIU.

Selon l'EIU, les années devraient désormais être d'une croissance économique plus accélérée, tirée par les investissements que les groupes pétroliers continueront de faire vers le début de l'exploration des gisements de classe mondiale existant dans deux blocs du bassin de Rovuma, A1 et A4.

Le document indique également que le déficit du compte courant augmentera cette année et les années suivantes, à la fois en raison de l'augmentation des importations consécutive aux cyclones et de l'augmentation des importations de biens d'équipement liés à l'exploitation du gaz naturel, avant de commencer baisse en 2024 avec le début des exportations de gaz.

L'EIU rappelle que le Mozambique est pratiquement retiré des marchés des capitaux à la suite de la divulgation de dettes cachées, mais ajoute que l'accord conclu entre le gouvernement et les créanciers de l'émission d'euro-obligations de la Société mozambicaine du thon améliorera cette relation.

Relation qui, cependant, ne reviendra pas à la situation antérieure alors que deux emprunts contractés avec la garantie de l'État par deux entreprises publiques, jugés illégaux pour non-respect de la législation en vigueur, restaient à blindés.

L'Economist Intelligence Unit révèle que le Mozambique se classe 120e sur 167 pays en termes d'indice de la démocratie, avec 3,65 points sur un maximum de 10, ayant perdu quatre places par rapport au classement 2018, dans lequel le pays a obtenu 3,85 points.

Le Mozambique est ainsi classé comme un pays avec un régime autoritaire, similaire à 2018 mais pire qu'en 2017, où le régime était classé comme hybride, avec 4,2 points.

La baisse de l'indice de la démocratie est due, selon l'EIU, à une fraude et une violence généralisées lors des élections présidentielles, législatives et provinciales tenues en octobre 2019 et à un état latent et parfois déclaré de conflit politique et de sécurité, associé à la crise de la dette.

Articles sur le même thème

Aucune actualité disponible.

Evénements sur le même thème

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Fermer

Campagne d'adhésion 2020-2021