Actus des entreprises  •  Communication - Presse  •  Publications

Comment ouvrir une entreprise au Mozambique

Cet article vise à donner un aperçu général du cheminement vers l’ouverture d’une société au Mozambique, en gardant à l’esprit les opportunités que le marché mozambicain offre actuellement et les défis que les investisseurs potentiels peuvent avoir à comprendre la base et l’éthique du régime juridique.

Il est tout d’abord fondamental d’expliquer brièvement les types de sociétés les plus courants avant de décrire plus en détail les formalités juridiques nécessaires à la création d’une entreprise.

La législation régissant la constitution d’une société au Mozambique est prévue dans le Code de commerce mozambicain (CCM), promulgué par le décret-loi 2/2005 du 27 décembre, qui a été modifié en dernier lieu par le décret-loi 1/2018 du 4 mai. Il existe trois types de sociétés à responsabilité illimitée (sociétés de personnes, sociétés en commandite et sociétés par actions) et trois types de sociétés à responsabilité limitée (sociétés de capitaux et d’industrie, sociétés à responsabilité limitée et sociétés anonymes). La présente analyse se concentrera sur ces deux derniers types de sociétés à responsabilité limitée, les plus courantes au Mozambique et utilisées par les investisseurs.

Les Sociétés à responsabilité Limitée

Ce type d’entreprises est le plus courant au Mozambique. Le choix de l’investisseur pour ce type spécifique de société dépend de plusieurs facteurs, à savoir la plus ou moins grande simplicité de la structure et du fonctionnement, le montant du capital à investir, ainsi que les questions de confidentialité concernant la propriété du capital social.

Sociétés privées à responsabilité limitée (Sociedades por Quotas)

Les sociétés privées à responsabilité limitée sont souvent utilisées pour les petits investissements, ayant dans de nombreux cas une structure familiale. Ce type de société est soumis à plusieurs exigences. Elles doivent avoir un minimum de deux actionnaires et un maximum de trente actionnaires (sauf dans le cas d’une société à un seul actionnaire, nécessairement constituée par une seule personne physique).

– Capital social

Le capital social est librement déterminé par les actionnaires. Néanmoins, il doit être approprié à l’objet de la société. Le capital social est divisé en participations appelées “quotas” (actions), dont la valeur nominale est exprimée en monnaie locale (meticais) et correspond à leur valeur d’admission dans la société.

La cession des parts sociales nécessite la rédaction d’un document écrit signé par les parties et doit être communiquée par écrit à la société et enregistrée au bureau du registre du commerce.

La société et les actionnaires (proportionnellement à leur participation dans la société) ont un droit de préemption en cas de transfert de “quotas” entre vifs, sauf si les statuts en disposent autrement.

– Passif

En ce qui concerne l’actif et le passif, les actionnaires sont solidairement responsables de la totalité des apports en capital social. Les créances sont limitées à l’actif de la société.

La loi prévoit que les statuts stipulent qu’un ou plusieurs actionnaires peuvent également être responsables des dettes de la société jusqu’à un certain montant. Dans ce cas, cette responsabilité peut être conjointe avec la société ou la filiale par rapport à celle-ci mais doit être égale pour tous les actionnaires qui sont soumis à cette obligation. En tout état de cause, cette responsabilité n’oblige l’actionnaire que pendant la durée de sa participation.

– Organes dirigeants

En ce qui concerne les organes de direction, une assemblée générale et un organe de gestion sont constitués. Le conseil de surveillance est facultatif dans cette forme de société.

Les actionnaires, sans aucune exception, peuvent participer à l’assemblée générale. En outre, excepté si les statuts en disposent autrement, les résolutions sont prises à la majorité simple.

Les sociétés privées à responsabilité limitée sont gérées par un ou plusieurs administrateurs, qui peuvent ou non être les actionnaires de la société et sont nommés par les actionnaires pour un mandat de quatre ans renouvelable (sauf disposition contraire des statuts). Les administrateurs ont le droit de recevoir une rémunération, qui est fixée par une résolution des actionnaires.

Lorsque les statuts déterminent que la société aura un conseil d’administration, celui-ci doit être composé d’au moins trois administrateurs. Les résolutions sont prises à la majorité simple.

– Répartition des bénéfices

Les bénéfices distribuables sont distribués selon les modalités déterminées par les actionnaires. Toutefois, les statuts peuvent exiger qu’un pourcentage minimum de 25 % ou maximum de 75 % des bénéfices distribuables de chaque exercice soit obligatoirement réparti entre les actionnaires. Néanmoins, au moins 20 % des bénéfices annuels doivent être conservés par la société à titre de réserve légale, jusqu’à ce que la réserve accumulée atteigne un cinquième du capital social, sans que les statuts ne prévoient un montant minimum supérieur.

Sociétés à responsabilité limitée (Sociedades Anónimas)

Ce type de sociétés convient mieux aux opérations de grande envergure, lorsque des investissements plus importants sont en jeu. Bien que sa structure soit plus complexe que celle d’une société privée à responsabilité limitée, elle offre une plus grande souplesse à ses actionnaires, par exemple le fait que le transfert des actions n’est soumis à aucune forme particulière.

– Actionnaires

Une société anonyme doit avoir au moins trois actionnaires, sauf si la loi en dispose autrement. Ces actionnaires peuvent être des personnes physiques ou morales, nationales ou étrangères.

Lorsque l’un des actionnaires est résident ou domicilié à l’étranger, il doit communiquer à la société l’identité de la personne qui aura le droit d’obtenir, au nom de ces actionnaires, les communications de la société, ainsi que les avis et notifications relatifs aux procédures administratives et judiciaires.

– Capital social

En ce qui concerne la structure du capital social, veuillez noter que le droit commercial ne fixe pas de capital minimum requis. Le montant du capital social doit être approprié à la réalisation des objectifs de l’entreprise et doit être exprimé en monnaie locale. En ce qui concerne la libération du capital social, une société anonyme ne peut être intégrée que lorsque la totalité du capital social a été souscrite et qu’au moins 25 % a été libéré.

Le capital social d’une société anonyme doit être divisé en actions (acções), qui peuvent être nominatives ou au porteur, représentées par des certificats d’actions. Les actions nominatives peuvent également être classées comme des actions nominatives ou des actions inscrites en compte.

Le transfert des actions n’est soumis à aucune formalité et dépend du type d’actions émises par la société. Pour les actions au porteur, le transfert se fait par simple remise des certificats au cessionnaire ; pour les actions nominatives, le transfert se fait par une déclaration de cession dans le registre des actions nominatives ou dans tout instrument qui le remplace ; pour les actions nominatives, le transfert se fait par l’inscription de l’opération par la banque dépositaire dans ses livres ou registres au débit du compte d’actions du cédant et au crédit du compte d’actions du cessionnaire. Les statuts peuvent prévoir un droit de préemption des actionnaires, ainsi qu’exiger le consentement de la société pour le transfert des actions.

– Passif

En ce qui concerne l’actif et le passif, la responsabilité de chaque actionnaire est limitée à la valeur des actions souscrites. En outre, les créances des créanciers sont limitées à l’actif de la société.

– Organes de direction

En ce qui concerne les organes de direction, la société est composée d’une assemblée générale (délibérante), d’un conseil d’administration (organe de direction) et d’un conseil de surveillance ou d’un commissaire aux comptes (organe de surveillance).

L’assemblée générale implique la participation de tous les actionnaires, et les résolutions sont prises à la majorité simple, sauf lorsque la loi exige des majorités qualifiées (telles que les résolutions relatives à la fusion, la scission, la transformation ou la dissolution de la société) et dans les cas où les statuts en disposent autrement. Chaque action représente une voix, sauf si les statuts en disposent autrement.

Le conseil d’administration comprend un nombre impair d’administrateurs, qui peuvent ou non être l’actionnaire de la société, nommés dans les statuts ou par résolution des actionnaires pour exercer un mandat de quatre ans renouvelable (sauf disposition contraire des statuts).

La société peut avoir un administrateur unique à condition que le capital social ne dépasse pas 500 000,00 MZN (environ 13 500,00 USD). En règle générale, les administrateurs ont droit à une rémunération, qui doit être fixée par une résolution des actionnaires. En outre, la responsabilité des administrateurs doit être garantie si cela est déterminé par les statuts de la société.

Parmi les autres restrictions établies par la loi, les administrateurs ne peuvent exercer, sans autorisation spécifique de l’assemblée générale, en leur nom propre ou au nom d’autrui, aucune activité concurrente à celle de la société. La violation d’une telle obligation entraîne la sanction de la révocation motivée et l’obligation de payer un montant égal à la valeur de l’acte ou du contrat illicite.

La surveillance d’une société anonyme est confiée à un conseil d’administration (composé de trois ou cinq membres) ou à un contrôleur légal, qui doit être un contrôleur officiel ou un cabinet d’audit.

– Répartition des bénéfices

En ce qui concerne la distribution obligatoire des bénéfices, les actionnaires ont le droit de recevoir, à titre de dividende obligatoire et pour chaque exercice, la part des bénéfices établie dans les statuts ou, si ceux-ci sont omis, le montant déterminé en appliquant les règles suivantes : (i) 25 % du bénéfice net diminué des sommes portées à la réserve légale ; (ii) limité au montant du bénéfice net de l’exercice réalisé.

En ce qui concerne les fonds de réserve légale, il convient de noter que sur le bénéfice net de l’exercice, 5 % sont affectés à la réserve légale, qui ne peut excéder 20 % du capital social.

Formalités Légales

Quel que soit le type de société choisi, le processus d’enregistrement d’une société au Mozambique doit obéir à plusieurs formalités. Il existe une quinzaine d’étapes dans le processus de constitution de la société :

  1. Obtention du certificat de réservation du nom de la société auprès du bureau d’enregistrement des entités juridiques, qui nécessite le formulaire et une photocopie de la pièce d’identité du demandeur;
  2. Obtention de la documentation concernant le représentant des actionnaires de la société acquise auprès de la société des actionnaires et des représentants, qui nécessite pour les personnes physiques une photocopie du passeport en cours de validité (dans le cas de non-résidents étrangers), l’indication du nom du conjoint et les modalités du mariage

(pour les actionnaires ayant un régime matrimonial civil) et une procuration avec signatures notariées. Pour les personnes morales, il est nécessaire de fournir une photocopie de l’acte de constitution, une photocopie du certificat du registre du commerce, une photocopie de la carte d’impôt et un procès-verbal (ou une copie certifiée conforme) contenant la délibération de l’organe compétent de la société approuvant la constitution de la société mozambicaine. Cette délibération comprend : (i) le type de société à constituer, (ii) le nom de la personne qui signera au nom de la société, (iii) la valeur du capital social ;

  1. Rédaction des statuts à préparer par des juristes adaptés à la portée et au fonctionnement spécifiques de la société ;
  2. Ouverture d’un compte bancaire au nom de la société à constituer et dépôt de son capital social auprès de toute banque commerciale autorisée à opérer au Mozambique, ce qui nécessite généralement : une copie des documents d’identification des actionnaires et des membres du conseil d’administration, la procuration mentionnée ci-dessus, le certificat de réservation du nom de la société et les formulaires à remplir;
  3. Acte public relatif à la constitution de la société ou contrat de constitution de la société signé par acte sous seing privé (uniquement possible si la part de capital n’inclut pas d’apports non financiers) à l’Office notarial, nécessitant la rédaction des statuts de la société, des documents d’identification des actionnaires ou de leurs représentants, auquel cas il sera nécessaire de joindre la procuration, et le certificat d’enregistrement du nom de la société;
  4. Registre du commerce auprès de l’office du registre du commerce compétent, nécessitant le certificat d’acte public délivré par le notaire ou le contrat privé signé par les actionnaires, les statuts sous format numérique, les documents d’identification des membres du conseil d’administration et la forme respective;
  5. Publication officielle de la constitution de la société et des statuts respectifs au Journal officiel/Gazette (Boletim da República), à l’Imprimerie nationale, nécessitant le certificat de l’acte public de constitution de la société ou du contrat de constitution et les statuts en format numérique.
  6. Enregistrement des actionnaires et de la société auprès de l’administration fiscale, en obtenant son numéro de contribuable (NUIT) au bureau des impôts, en exigeant le formulaire correspondant, une photocopie du passeport en cours de validité (concernant les représentants de la société) et le certificat du registre du commerce;
  7. Ouvrir le registre des résolutions des actionnaires et le registre des résolutions du directeur (pour les sociétés anonymes), qui doivent être préparés par des avocats;
  8. Émission des certificats d’actions (pour les sociétés anonymes);
  9. Enregistrement des actions;
  10. Obtention de la licence commerciale pertinente (licence de prestation de services commerciaux) au bureau du ministère du commerce et des affaires, nécessitant la demande adressée au gouverneur, l’acte public de constitution de la société/le contrat de constitution de la société/les statuts ou la publication officielle de la constitution de la société, le certificat du registre du commerce, les documents d’identification des actionnaires, l’INPI, le contrat de location/le titre de propriété, la mémoire descriptive et le plan topographique;
  11. Remettre la déclaration de début d’activité au bureau des impôts, en demandant le formulaire correspondant, la licence et le certificat du registre du commerce;
  12. Enregistrer l’entreprise et les employés à des fins d’emploi auprès de la Direction de l’emploi;
  13. Registering the company and employees for social security purposes at the Employment Directorate, requiring the respective form, the license, the declaration of commencement of activity, the Commercial Registry Certificate, the official publication in the National Printing Office and a certified copy of the identification taxpayer card;

 

La durée du processus est déterminée par la région où la société est constituée, car certaines étapes sont effectuées par des entités de niveau provincial. Le Mozambique est divisé en 10 régions : Maputo, Cabo Delgado, Gaza, Tete, Niassa, Inhambane, Manica, Zambezia, Sofala et Nampula. Par exemple, dans la ville de Maputo, il est possible de raccourcir certaines étapes grâce à l’existence d’un guichet unique, qui a également des représentants du registre dans les environs. La durée moyenne nationale du processus d’incorporation est de 35 jours. La procédure la plus rapide se trouve à Maputo (17 jours en moyenne) et la plus lente à Nampula (40 jours en moyenne). La moyenne des autres provinces est la suivante : 34 jours (Niassa), 35 jours (Inhambane), 36 jours (Gaza et Zambezia), 38 jours (Cabo Delgado et Manica) et 39 jours (Tete et Sofala).[1].

En ce qui concerne les coûts, ils fluctuent d’une province à l’autre, étant les moins chers : 68,4 % du revenu par habitant à Cabo Delgado et 132,8 % au Zambèze. Le coût moyen par province est de 75,7% (Tete), 77,8% (Gaza), 120,5% (Maputo), 124,0% (Manica), 124,4% (Niassa), 124,5% (Inhambane), 130,9% (Nampula) et 132,6% (Sofala). Le coût national moyen du Mozambique est de 112,2 % du revenu par habitant, soit un revenu par habitant d’environ 498 USD, ce qui correspond à environ 32 950 MZN (chiffres de 2018). [3]. Le coût total moyen de la constitution en société est de près de 607,75 USD (environ 40 000 MZN), la publication des statuts au Journal officiel étant l’étape la plus coûteuse, avec un coût moyen de 397 USD (24,375 MZN).

 

[1] Source: Doing Business Database 2019.

[2] Source: Doing Business Database 2019.

[3] Source: World Bank.

furtherafrica.com/furtherafrica-understanding/comment-ouvrir-une-entreprise-au-mozambique/

Articles sur le même thème

Evénements sur le même thème

Aucun événement ne correspond à votre recherche

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Fermer

Campagne d'adhésion 2019-2020